Historique Armoiries

Meinier

La commune en bref

Les habitants de la commune de Meinier, les Meynites, sont au nombre de 2150 environ. La superficie du territoire communal est de 695 ha, le point culminant étant situé au Carre-d'Amont, à 470 m.

La zone agricole, couvrant environ 580 ha, est vouée à l'agriculture, la viticulture et les cultures maraîchères. Son vignoble est rattaché à la Cave de Genève.
La zone industrielle et artisanale de la Pallanterie a été réalisée en collaboration avec la commune de Collonge-Bellerive.
Les travaux relatifs à la mise en valeur du centre du village par l'aménagement d'un lieu intergénérationnel ont débuté fin 2009 et devraient se terminer à fin 2011 si tout se passe comme prévu.
Ce dernier projet a été rendu possible grâce à la réalisation du Centre sportif de Rouelbeau - inauguré en 2009 - et au déplacement de la zone sportive à l'extérieur du village qui en a découlé.

 

Histoire de la commune

Regard sur l'histoire

La commune de Meinier est composée de plusieurs villages ou hameaux. D'une part, le village de Meinier, dont l'origine du nom proviendrait du bas latin Mainicum ou Mainiacum, d'autre part, les hameaux du Carre-d'Amont et du Carre-d'Aval, dont les noms dérivent de quadrivium, qui signifie carrefour et puis Compois, appelé aussi Copeis ou Compeys, qui autrefois était Compensium. Le hameau de Corsinge, Corsingium, ou Cursingium aurait un nom de formation germanique. Le nom du dernier hameau Essert, proviendrait de ex sortum, terre défrichée. Au cours des siècles, plusieurs châteaux furent érigés sur le territoire de la commune de Meinier, en particulier celui de Rouelbeau, dont ne subsistent que quelques ruines.

Meinier

 

Carre d'Aval - Domaine de la Touvière

Sur le domaine de la Touvière, des fouilles de 2001 ont mis en évidence les structures d'une bastide en bois, attestée en 1339, et les ruines de la forteresse en pierre qui lui a succédé vers 1355 (Bâtie Compey, Bâtie Cholay, Soubeyron, Sonneyro, Rouelbeau, Roillebot); elle appartint aux Ferney, puis aux Lullin, enfin à Jacques de Loys. Le domaine, successivement propriété des familles de Carro (originaires du C.), Fabri et Turrettini, produit du vin.

Le Carre

Hameaux de la commune de Meinier (Le Carre d'Amont et Le Carre d'Aval). 1289 Ursez, Ursel, 1540 Le Carre. Tombes à dalles des Ve-Xe s. au Carre d'Aval. Au Moyen Age, le chapitre cathédral de Genève et le prieuré de Saint-Jean y possédaient des terres. Après la Réforme, la souveraineté fut exercée par Genève et par Berne puis, après le traité de Lausanne de 1564, par Genève et le duc de Savoie.

Compois

Redevance payée par plusieurs personnes pour l´utilisation en commun d´un bien, par exemple pour faire paître du bétail. Compois, olim Copeis, Compeys, Compensium (Commune de Meinier, Genève) - d'après Henry SUTER

Essert

Toponyme extrêmement répandu, qui désigne un terrain défriché, essarté. Ancien français essart, latin médiéval exartus, exertus, sartum, "terre défrichée et récemment mise en culture", latin populaire exartum, exsartum, participe passé du latin populaire exsarire, "défricher", bas latin sarire, "sarcler", latin exare, "enlever (en labourant), creuser", aussi exsertare, "tirer dehors, mettre dehors, sortir, mettre à découvert".

Corsinge

Maison forte construite pour la famille Adda en 1678. Les substructures sont peut-être plus anciennes, puisque cette maison succéda comme siège de la Seigneurie de Corsinge à un château détruit en 1590 déjà.

Rouelbeau

Lieu-dit du domaine de la Touvière (Le Carre d´Aval, Commune de Meinier, Genève), où se trouvent les ruines d´une forteresse construite en 1318, nommée successivement Bâtie Compey, Bâtie Cholay, puis Soubeyron, qui signifie "supérieur, d´en haut, situé en hauteur", enfin Sonneyro, Rouelbeau, Roillebot.

Merlinge

Nom d'origine burgonde, dériverait d´un primitif Mârilingos, "chez les Mârilingi", dérivé du nom propre Mârila, diminutif de mar, "célèbre" [Perrenot]. Merlinge, Merlingium en 1304, Marlingie en 1318 (Commune de Meinier, Genève) - d'après Henry SUTER

 

Description des armoiries

Armoiries

La tour qui figure sur les armoiries de Meinier, rappelle l'ancien château-fort de Rouelbeau, alors que les fasces ondées symbolisent les marais et les prairies de la commune. L'étoile à six pointes rappelle la commune elle-même, avec ses six hameaux (Meinier, Carre-d'Amont, Carre-d'Aval, Compois, Corsinge et Essert). Meinier fut cédée par la Savoie à Genève au Traité de Turin en 1816.

Bibliographie

L. Blondel, Châteaux de l'ancien diocèse de Genève, 1956
P. Bertrand, Histoire du territoire de Meinier, 1957
J. Terrier, Découvertes archéologique dans le canton de Genève en 2000 et 2001, in Genava, N.S., 50, 2002, 375-383 Martine Piguet Dictionnaire historique de la Suisse